Que vous dire de moi et de mon travail : 

Quand je travaille l’argile, une résonance s’opère. Mes sens se mettent en ébullition, une communication se met en place. C’est comme une partie de moi que je sculpte, que je bouscule. Je ne cherche qu’à échanger avec la terre de 1001 façons.

J’ai beaucoup aimé une phrase que l’on m’a dite suite à cuisson : “ce n’est pas ta vie dans ce four” et pourtant si. Je cherche à faire corps avec la matière. Tout mon travail a une influence sur moi, ce que la pièce vit, je le vis. Chaque résultat bouleverse mon état émotionnel.

Je me dois d’être présente tout au long du processus de création, de la conception à la cuisson. J’affectionne énormément la cuisson bois. Cela fait appelle à des forces de la nature qui nous échappent. Nous avons certains repères dans ce type de cuisson, mais tellement d’éléments qui nous échappent ainsi que le résultat.

La céramique, dans sa nature, appelle aux quatre éléments : EAU-TERRE  pour l’argile et FEU-AIR pour la cuisson. Ce qui régit la nature et la vie.

J’ai toujours hâte de me mettre au travail pour ces moments que je vis, très intense, plein d’émotions. C’est comme-ci il n’y avait qu’elle et moi. Il est vrai que ce n’est pas toujours simple, car elle a son fonctionnement et j’ai le mien.

Je travaille dans l’instant. Je n’ai aucune conception de ce que sera la pièce finale. Quand toutes les conditions sont requises, les gestes sont spontanés. je projette ce que je ressens, ce qui me vient sur le moment, pas de conception mentale. Ce sont mes émotions qui parlent ou bien une partie impalpable et inexplicable de moi-même.

Le but de tout exprimer à travers l’argile est de pouvoir communiquer avec celles et ceux qui voudront bien partager un moment à travers le regard, le touché, les sentiments. Je ne veux pas parler d’esthétisme, car ce n’est pas ce que je recherche. Je souhaiterai que mon travail bouscule d’une façon ou d’une autre.